Options de traitement

Plusieurs facteurs sont pris en considération lorsque le médecin ou spécialiste établit un plan de traitement : l’état de santé générale du patient, le type, le stade et l’emplacement du cancer, les résultats des tests de dépistage, mais aussi les souhaits du patient. [32]. Il est important que les patients fassent aussi leurs propres recherches et consultent les membres de leur réseau de soutien, les professionnels de la santé et leur équipe de soins en cancérologie sur les plans de traitements disponibles afin qu’ils puissent avoir des discussions informées sur leur plan de traitement et poser des questions à l’équipe de soins si nécessaire.

Le cancer du poumon à petites cellules est généralement traité par chimiothérapie. La chirurgie est parfois considérée, mais seulement s’il ne s’est pas répandu aux ganglions dans le thorax, ce qui est rare puisque ce cancer est souvent diagnostiqué à un stade avancé, après qu’il se soit répandu ailleurs. Dans certains cas, la radiothérapie est aussi utilisée pour traiter ce cancer. [33] 

Le cancer du poumon non à petites cellules peut être traité à l’aide de chirurgie, de chimiothérapie, de radiothérapie ou d’une combinaison de plusieurs de ces méthodes selon le stade de la maladie au moment du diagnostic. Certains patients souffrant d’un cancer plus avancé sont aussi traités à l’aide d’immunothérapie. [34] 

Chimiothérapie

La chimiothérapie consiste à administrer des médicaments anticancéreux pour détruire les cellules cancéreuses en déstabilisant le processus de croissance de ces cellules. C’est souvent le traitement principal pour le cancer du poumon à petites cellules, puisqu’il répond généralement bien à ce traitement. Dans le cas du cancer non à petites cellules, la chimiothérapie est utilisée après la chirurgie pour les cas précoces et est utilisée avant, après ou avec la radiothérapie dans les cas plus avancés mais localisés ou les cas où le cancer s’est répandu. [35]      

Radiothérapie

La radiothérapie utilise de puissants rayons pour éliminer les cellules cancéreuses. La chirurgie, parfois suivie de chimiothérapie, reste la forme de traitement la plus commune pour les cancers non à petites cellules aux stades 1 à 3. Cependant, le médecin peut aussi recommander des traitements de radiothérapie au lieu de la chirurgie pour éliminer les cellules cancéreuses. On parle alors de radiothérapie radicale et le médecin peut la considérer si le patient répond à certains critères :    

  • Ne peut pas être opéré à cause d’une condition médicale comme un problème cardiaque ou pulmonaire.  
  • Le cancer est en stade 3 et la tumeur se situe près du coeur 
  • Le cancer est situé dans un endroit difficile à opérer (tumeur inopérable ) 

La radiothérapie est souvent utilisée pour les cancers qui sont situés dans la partie supérieure des poumons, car ces tumeurs, appelées tumeurs de Pancoast-Tobias, peuvent être très près de nerfs importants et donc difficiles à opérer. Elles sont plutôt traitées avec de la radiothérapie suivie de chimiothérapie. Ces traitements permettent parfois de retirer la tumeur chirurgicalement par la suite. 

Traitements pour le cancer du poumon à petite cellules

Les patients atteints de cancer du poumon à petites cellules reçoivent souvent des traitements de chimiothérapie suivis de radiothérapie. Dans certains cas, si le patient est en assez bonne santé, la radiothérapie est utilisée en parallèle avec la chimiothérapie (chimioradiothérapie). Le cancer du poumon à petites cellules se répand souvent au cerveau; c’est pourquoi les médecins recommandent la radiothérapie au cerveau pour les patients dont les tumeurs régressent suite aux traitements de chimiothérapie. Habituellement, la radiothérapie est administrée après la chimiothérapie et vise à éliminer toute cellule cancéreuse résiduelle dans le cerveau.

La chirurgie est parfois le premier traitement pour les cas de cancer du poumon à petites cellules qui sont encore à un stade précoce afin de retirer la partie du poumon touchée par la tumeur. Cette chirurgie est généralement suivie de chimiothérapie, et, dans certains cas, de radiothérapie, mais, habituellement, le cancer s’est déjà répandu au moment du diagnostic, rendant ainsi la chirurgie impossible. 

Dans les cas de cancer à petites cellules qui se sont répandus aux ganglions ou ailleurs dans le corps, la radiothérapie, la chimiothérapie ainsi que d’autres traitements sont utilisés pour réduire les symptômes. Si la chimiothérapie réussit à réduire la taille de la tumeur et si le patient est en assez bonne santé, la radiothérapie peut alors être considérée pour éliminer toutes les cellules cancéreuses qui pourraient s’être  répandues au cerveau. 

Traitements pour le cancer du poumon non à petites cellules 

Stade 1
Le cancer du poumon non à petites cellules est rarement diagnostiqué au stade 1. Cependant, lorsque c’est le cas, la chirurgie est souvent utilisée pour retirer la partie du poumon touchée par le cancer. Si le patient n’est pas éligible à la chirurgie, la radiothérapie ciblée ou l’ablation par radiofréquence peut être utilisée comme traitement. 

Stade 2
La chirurgie est souvent employée pour les cas de cancer du poumon non à petites cellules en stade 2. Selon l’emplacement de la tumeur, le chirurgien peut faire l’ablation partielle ou complète du poumon touché. Si le cancer est retiré complètement, le médecin peut recommander que le patient suive des traitements de chimiothérapie afin de réduire le risque que le cancer revienne. Il s’agit alors de chimiothérapie adjuvante. Si le cancer n’est pas complètement retiré, la radiothérapie est alors considérée pour éliminer les cellules cancéreuses restantes.

Dans les cas où le patient ne peut pas être opéré, la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chimioradiothérapie (combinant la radiothérapie et la chimiothérapie) peut être utilisée pour éliminer le cancer. 

Stade 3
Dans le cas des cancers non à petites cellules en stade 3, la chirurgie est parfois considérée et, selon l’emplacement, on fait parfois l’ablation partielle ou complète du poumon. Si le chirurgien réussit à retirer le cancer, la chimiothérapie adjuvante sera administrée pour réduire le risque de récidive du cancer. Cependant, si le chirurgien découvre des cellules cancéreuses dans les ganglions lors de l’opération, il recommandera alors que le patient reçoive par la suite des traitements de chimiothérapie et possiblement de radiothérapie. 

Si le patient n’est pas admissible à la chirurgie à cause de son état de santé, le médecin peut alors recommander des traitements de radiothérapie ou de chimioradiothérapie pour essayer d’éliminer le cancer.

Dans les cas où les cellules cancéreuses sont présentes au milieu de la poitrine (le médiastin), le médecin peut recommander la radiothérapie au lieu de la chirurgie. De même, si le cancer est trop près du coeur, il ne peut pas être opéré et le médecin peut alors recommander des traitements de chimiothérapie suivie de radiothérapie, ou, si le patient est en assez bonne santé, des traitements de radiochimiothérapie concomitante. Les traitements de radiochimiothérapie concomitante sont beaucoup plus agressifs et ont plus d’effets secondaires que la radiothérapie ou la chimiothérapie seule ; il est donc important que le patient soit capable d’endurer ces effets secondaires accrus. 

La chirurgie n’est pas possible dans les cas où le cancer s’est répandu aux ganglions du côté opposé de la poitrine. Comme dans tous les cas où le patient ne peut pas être opéré, la chimiothérapie suivie de radiothérapie, ou la chimioradiothérapie si possible, sont employées. 

Stade 4
Les plans de traitement pour le cancer du poumon non à petite cellule en stade 4 visent plus à réduire la taille de la tumeur et par le fait même, les symptômes, et à accroître la qualité et l’espérance de vie du patient. Plusieurs essais cliniques utilisant  la chimiothérapie dans ce cas,  ont démontré que celle-ci pouvait permettre aux patients de vivre plus longtemps et de soulager leurs symptômes.

Les personnes dont les cellules cancéreuses possèdent des protéines (récepteurs) particulières peuvent être traitées avec des traitements ciblés (biothérapie). Ce type de chimiothérapie se sert de différents médicaments (Tarceva, Iressa, ou Xalkori) en fonction du type de mutation génétique qui se retrouve dans les cellules cancéreuses.  

Si le patient a reçu des traitements de chimiothérapie, mais que le cancer n’est plus sous contrôle, il peut alors recevoir des traitements de chimiothérapie additionnels si son état de santé le permet. Le patient peut aussi choisir de ne plus recevoir de traitements actifs, mais plutôt de contrôler les symptômes avec d’autres médicaments.

La radiothérapie peut être administrée pour gérer certains symptômes comme la douleur ou la toux. Il arrive parfois que la tumeur bloque les voies respiratoires (les bronches) ; alors, d’autres traitements, en plus de la radiothérapie, peuvent être administrés pour aider à libérer les voies et soulager certains symptômes :    

  • la brachythérapie 
  • les traitements au laser 
  • la cryothérapie (gel de la tumeur) 
  • l’insertion d’un tube pour garder les voies respiratoires ouvertes 
  • la thérapie photodynamique

Veuillez visiter le site de la Société canadienne du cancer si vous souhaitez en apprendre plus sur les différents traitements pour chaque stade du cancer. 

Discussions avec le médecin

Lors du rendez-vous avec votre médecin, qui vous fera part du diagnostic et des options de traitement, il peut être très bouleversant de recevoir ce diagnostic de cancer et ce choc initial peut faire en sorte qu’il est difficile pour vous de comprendre l’information reçue ou de prendre des décisions. Malgré tout, il est très important d’avoir un rôle actif dans la situation. Prenez le temps de vous informer et, si nécessaire, d’écrire toute question ou inquiétude que vous avez avant de consulter votre médecin, qui vous proposera probablement plusieurs options de traitements disponibles pour vous.   

Il est important que vous soyez d’accord avec le traitement que votre médecin vous recommande.  Vous vous sentirez sûrement plus à l’aise si vous comprenez pourquoi chaque traitement est nécessaire. Les médecins s’attendent à ce que les patients posent des questions et apprécient le fait que vous ayez besoin d’explications que vous pouvez comprendre.  Votre médecin devrait idéalement prendre le temps de vous expliquer quelles sont les différentes options disponibles et quels sont leurs avantages et inconvénients.

Votre médecin a besoin de votre consentement concernant votre plan de traitement et vous avez le droit de refuser un certain traitement, par exemple, si le traitement a peu de chance de réussite ou a des effets secondaires trop désagréables pour vous. Votre médecin devrait alors vous expliquer quelles sont les conséquences de refuser ce traitement et respecter vos voeux. 

Soutien durant les rendez-vous

Vous pouvez demander à un proche de vous accompagner lors de vos rendez-vous. Cette personne peut vous aider à vous rappeler ce qui a été dit . Si vous pensez avoir besoin de plus de temps pour réfléchir ou pour discuter des différentes options,  vous pouvez demander au médecin ou spécialiste de vous voir à nouveau après une période de réflexion. Vous pourrez alors en discuter à nouveau avant de prendre une décision. Il existe aussi des infirmières spécialisées en cancer du poumon qui peuvent répondre à vos questions sur votre cancer et les traitements.  

Deuxième opinion

Il est normal de vouloir une deuxième opinion de la part d’un autre médecin avant de prendre une décision sur votre plan de traitement. La plupart des médecins sont heureux de vous référer à un autre spécialiste pour un deuxième avis si vous le jugez utile et votre médecin peut vous référer à un autre médecin ou spécialiste à votre demande. 

Références

[32] « Types of Treatment for Lung Cancer. » Cancer Research UK. Cancer Research UK, 28 Mar. 2014. Web. 02 June 2016.
[33] ibid.
[34] ibid.
[35] « About Chemotherapy for Lung Cancer. » Cancer Research UK. Cancer Research UK, 28 Mar. 2014. Web. 02 June 2016.
[36] « Radiotherapy for Non-small Cell Lung Cancer. » Cancer Research UK. Cancer Research UK, 28 Mar. 2014. Web. 02 June 2016.
[37] « Treatment by Stage for Small Cell Lung Cancer. » Cancer Research UK. Cancer Research UK, 28 Mar. 2014. Web. 02 June 2016.
[38] Treatment by Stage for Non-small Cell Lung Cancer. » Cancer Research UK. Cancer Research UK, 28 Mar. 2014. Web. 02 June 2016.
[39] ibid.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]