Les effets secondaires associés aux traitements

Les patients atteints de cancer doivent non seulement gérer les symptômes de leur cancer — essoufflement, douleur dans la poitrine, infections pulmonaires chroniques telles que la brochite ou la pneumonie, fatigue, perte d’appétit, etc. —, mais aussi les effets secondaires des traitements.[35]La durée des traitements, le dosage et votre état de santé général auront une influence sur votre réaction à la chimiothérapie, à la radiation et à d’autres traitements ciblés. La durée des effets secondaires est variable: elle peut être brève,ou durer pendant tout le traitement et même au-delà. Pour les patients atteints du cancer du poumon, les effets secondaires des traitements peuvent être épuisants et douloureux , mais plusieurs d’entre eux peuvent maintenant être traités ou minimisés. [36]

Les effets secondaires de la chimiothérapie pour le cancer du poumon

La chimiothérapie affecte chaque patient de manière différente ; certains d’entre eux sont capables de continuer leur train de vie normal, alors que d’autres se voient ralentir sous l’impact des effets secondaires.[37] La chimiothérapie intervient dans le processus de division cellulaire et touche principalement les cellules cancéreuses, puisqu’elles se divisent plus rapidement. Cependant, les autres cellules qui se divisent normalement, comme celles de la peau, des cheveux, des ongles, de la paroi du système digestif et du sang, sont aussi touchées. C’est pourquoi il y a des intervalles entre les traitements de chimiothérapie afin que les cellules normales du corps aient le temps de récupérer.[38]

Les infections fréquentes

La chimiothérapie peut réduire le nombre de globules blancs, de globules rouges et de plaquettes dans le sang, ce qui rend les patients plus susceptibles d’être épuisés, d’avoir des saignements de nez et de développer des infections. Il est impossible de complètement éliminer le risque d’attraper une infection, mais vous pouvez réduire ce risque en évitant d’aller dans des lieux très fréquentés et d’avoir des contacts avec des personnes malades ou infectées. Allez immédiatement à l’hôpital si vous avez de la fièvre (plus de 38°C) ou si vous pensez avoir une infection. Vous aurez peut-être besoin de recevoir des antibiotiques. [39]

La fatigue et les nausées 

Certains patients ressentent de la fatigue suite aux traitements de chimiothérapie et doivent réduire leur niveau d’activité et se reposer plus souvent. Selon l’état de santé du patient ainsi que la durée et l’intensité des traitements, cette fatigue peut être ressentie durant les traitements et pendant plusieurs mois après.[40] Il est généralement recommandé de faire des activité physiques modérées, en plus d’avoir une alimentation saine, pour élever votre niveau d’énergie et aider à gérer la fatigue. N’hésitez pas à demander de l’aide à vos proches pour accomplir certaines tâches quotidiennes ; ils se sentiront utiles et vous pourrez vous reposer. [41]

Les nausées et les vomissements sont des effets secondaires courants de la chimiothérapie. Les différents médicaments utilisés pour la chimiothérapie ont des effets différents sur chaque personne : certains patients n’ont pas ou peu de nausées et vomissements, alors que d’autres en ont au point où leur qualité de vie est affectée. Heureusement, les nausées et vomissements provoqués par la chimiothérapie peuvent souvent être traités avec des médicaments antinauséeux. [42]

Il peut être très difficile de manger lorsque vous vous sentez nauséeux. Voici quelques conseils pour gérer ces symptômes [43] : 

  • Évitez de manger ou de préparer de la nourriture lorsque vous vous sentez malade. 
  • Évitez les aliments frits, gras ou qui ont une forte odeur. 
  • Si les odeurs de nourriture ou de cuisson vous incommodent, mangez des repas froids ou tièdes.
  • Mangez plusieurs petits repas et collations durant la journée et mastiquez bien. 
  • Buvez beaucoup de liquide afin d’éviter d’être déshydraté. 
  • Cela dit, évitez de remplir votre estomac de liquide juste avant de manger.
  • Le gingembre est un ingrédient naturel qui aide à gérer les nausées et les vomissements. Essayez-le sous forme de gingembre confit, de thé au gingembre ou de soda au gingembre. 
  • Certaines personnes trouvent aussi que les boissons gazeuses aident à réduire la nausée. 

Pour les nausées et vomissements provoqués par la chimiothérapie 

  • Parlez à votre médecin si vous avez de la difficulté à manger. Il peut vous recommander des substituts de repas liquides. 
  • Prenez un petit repas quelques heures avant votre session de chimiothérapie et non juste avant. 
  • Évitez de manger vos aliments préférés durant les traitements de chimiothérapie, parce que vous risquez de les associer aux traitements par la suite. Il est tout particulièrement important de prendre cela en considération pour les enfants qui reçoivent ces traitements.

Autres effets secondaires de la chimiothérapie. 

  • Douleurs dans la bouche et ulcères buccaux : Certains médicaments utilisés pour la chimiothérapie peuvent causer des douleurs ou des ulcères dans la bouche. Il est important d’avoir une bonne hygiène dentaire et vous pouvez éviter d’endommager les tissus dans votre bouche en utilisant une brosse à dents souple. L’utilisation d’un rince-bouche peut aussi aider à prévenir les infections buccales.
  • Diarrhées : Les médicaments utilisés pour la chimiothérapie peuvent être la cause de diarrhées de différentes intensités. Allez consulter si vous avez de la diarrhée pour plus de deux ou trois jours. Vous risquez d’être déshydraté et devrez peut-être recevoir des médicaments pour gérer les diarrhées. 
  • Perte de cheveux : La perte de poils et de cheveux est un des effets secondaires de plusieurs des médicaments utilisés pour la chimiothérapie. La perte de cheveux peut être très difficile pour certains patients et chacun y fait face de manière différente : certains portent des chapeaux, des foulards, des perruques, se coupent ou se rasent les cheveux avant qu’ils ne tombent. 
  • Changements de la vision : La chimiothérapie peut avoir un impact sur la santé des yeux ou la vision des patients. Les changements oculaires peuvent inclure une vision floue ou atténuée, des yeux secs, douloureux ou larmoyants. Ces changements sont souvent temporaires et disparaissent à la fin des traitements, mais ils sont parfois permanents. 
  • Changements auditifs : La chimiothérapie entraîne parfois des changements au système auditif comme l’apparition d’acouphènes, un son aigu continue dans l’oreille. Certains patients peuvent se sentir étourdis et perdre leur sens de l’équilibre.

Il est important de savoir qu’il est possible de traiter la plupart des effets secondaires. Veuillez informer votre équipe de soins de tout effet secondaire que vous ressentez ; ils pourront vous suggérer des stratégies et des traitements pour mieux gérer ces effets secondaires. Il est également recommandé de faire vos propres recherches, car il est possible que vous trouviez des stratégies de gestion des effets secondaires différentes de celles proposées par votre équipe de soins. 

Les effets secondaires de la radiothérapie utilisée dans le traitement du cancer du poumon 

Les effets secondaires de la radiothérapie apparaissent plus graduellement et sont différents selon le type de radiothérapie administrée. Les traitements administrés sur plusieurs semaines vont avoir plus d’effets secondaires que ceux administrés en une ou deux sessions. Les effets secondaires disparaissent généralement après la fin des traitements, mais, pour un petit nombre de patients, ils peuvent être de longue durée et se développent jusqu’à deux ans après la fin des traitements. [45] 

Les effets secondaires de la radiothérapie proviennent de son effet sur les tissus du corps et peuvent inclure [46] : 

  • de la fatigue et une sensation d’épuisement
  • un mal de gorge et de la difficulté à avaler 
  • de la toux 
  • la perte de cheveux 
  • une douleur dans la poitrine 
  • de la fièvre et des frissons 
  • une sensation générale de malaise 
  • la peau sensible au toucher 

Épuisement 

Tout comme la chimiothérapie, la radiothérapie peut être difficile sur le corps et vous rendre fatigué. Il est normal de se sentir de plus en plus épuisé durant la durée des traitements et après. Essayez de réduire votre niveau d’activité et reposez-vous dès que vous en ressentez le besoin. [47]

Maux de gorge et difficulté à avaler

Les maux de gorge apparaissent souvent deux à trois semaines après le début des traitements de radiothérapie, mais ils peuvent survenir plus tôt si vous avez des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie en même temps. La douleur peut apparaître soudainement et il est important d’en parler avec votre équipe de soins, surtout si vous avez aussi de la difficulté à avaler, puisqu’ils peuvent vous aider à gérer cet inconfort. [48]

Il pourrait être préférable pour vous de manger des aliments mous ou liquides, comme des soupes ou des ragoûts, durant vos traitements car ils sont plus faciles à digérer. Les boissons très froides ou très chaudes peuvent irriter votre gorge si elle est déjà sensible et il est donc recommandé de les boire à température ambiante. Votre médecin peut aussi vous prescrire un rince-bouche avec anesthésique, des médicaments anti-acides pour réduire la douleur, et, si la douleur est trop aiguë, des médicaments anti-douleurs. Normalement, les maux de gorge disparaissent d’eux-mêmes après la fin des traitements. [49]

Peau sensible dans la zone de traitement 

Il est possible que la peau dans la zone de traitement devienne sensible durant les traitements de radiothérapie. C’est tout particulièrement le cas pour les traitements contre les tumeurs de Pancoast, mais beaucoup plus rare pour ceux visant les autres types de cancer du poumon. Le plus souvent, la peau dans la zone touchée est rouge et irritée, comme après avoir reçu un coup de soleil. Le fait de recevoir de la chimiothérapie peu de temps après peut aussi aggraver cette réaction cutanée. Lavez la zone touchée avec de l’eau seulement; n’utilisez un savon parfumé ou un autre produit nettoyant que si vous en avez parlé à votre oncologue, radiologue ou infirmière en radiothérapie ; ils pourront vous recommander quels savons et produits vous pouvez utiliser. [50]

Fièvre et frissons 

Si vous recevez les traitements en une ou deux sessions, il est possible que vous ressentiez de la fièvre et des frissons. Vous pouvez prendre de l’acétaminophène pour faire baisser votre fièvre et cesser de frissonner, mais il est important que vous consultiez tout de même votre médecin, car ces symptômes peuvent aussi provenir d’une infection pulmonaire qui devra être traitée avec des antibiotiques. [51]

Les effets secondaires à long terme 

Bien que la plupart des effets secondaires de la radiothérapie se dissipent dans les semaines après la fin des traitements, il est également possible d’avoir des effets secondaires à long terme. Cela reste plutôt rare, même pour les patients qui reçoivent des traitements intensifs sur quatre à six semaines. Chaque patient réagit différemment aux traitements et certains y sont plus sensibles que d’autres. Il est impossible de déterminer à quel point une personne va être affectée par les effets secondaires et si elle est à risque de les avoir à long terme. [52] 

Il est important que vous ayez une conversation avec votre médecin sur les effets secondaires potentiels avant de commencer vos traitements. La priorité des traitements de radiothérapie est de traiter votre cancer, mais vous avez le droit de faire un choix informé sur votre traitement.

La radiothérapie entraîne parfois le développement de tissus fibreux, des tissus durs et moins élastiques que les tissus normaux, dans la zone de traitement. Ils peuvent être la cause de certains effets secondaires à long terme, comme l’essoufflement, la sténose de l’oesophage et d’autres problèmes qui affectent le coeur ou la colonne vertébrale.[53] Il existe tout de même des traitements et des chirurgies pour traiter ces effets secondaires.

Traitements complémentaires ou alternatifs 

Selon l’American Lung Association, les traitements complémentaires (aussi appelés traitements parallèles) sont utilisés en même temps que les traitements conventionnels, alors que les traitements alternatifs sont utilisés comme remplacement. L’utilisation de traitements conventionnels et complémentaires est appelée médecine intégrative. Beaucoup de patients atteints de cancer du poumon y ont recours pour contrôler la douleur, réduire l’anxiété, diminuer les effets secondaires et améliorer leur qualité de vie durant leurs traitements. [54]

L’American College of Chest Physicians recommande les thérapies complémentaires suivantes aux patients atteints de cancer du poumon.

L’acupuncture

L’acupuncture est une pratique traditionnelle chinoise qui consiste à placer des aiguilles fines à des points précis sur le corps.[55] Des recherches indiquent que l’acupuncture peut aider à gérer la douleur et certains symptômes du cancer ou effets secondaires des traitements. La recherche sur l’acupuncture et le cancer se concentre sur l’étude de ses effets sur les malaises, la fatigue et les douleurs liées à la chimiothérapie. [56]

Cependant, l’acupuncture n’est pas un traitement contre le cancer. Consultez votre médecin si vous souhaitez essayer l’acupuncture, car vous pourriez avoir des contre-indications, par exemple, si votre taux de globules rouges dans le sang est bas ou si vous prenez des anticoagulants. Si votre médecin l’autorise, vous pourrez alors trouver un praticien certifié en acupuncture. [57]  

La massothérapie

La massothérapie est une pratique de massages thérapeutiques qui est utilisée pour relaxer le corps et l’esprit, améliorer la circulation dans le système lymphatique et rétablir un sentiment de bien-être général. Il existe plusieurs types de massothérapie avec plusieurs niveaux d’intensité.[58] Pour les patients atteints de cancer, il est généralement recommandé d’éviter les massages vigoureux et en profondeur. [59]

Certains patients s’inquiètent du fait que les massages pourraient répandre les cellules cancéreuses à travers le corps ; heureusement, aucune recherche actuelle ne confirme cette croyance. Les massothérapeutes vont éviter les zones touchées par le cancer, comme l’emplacement d’une tumeur ou les ganglions, mais vous pouvez en parler à votre équipe de soins si vous avez des inquiétudes.[60]

Selon Macmillan, il est important d’éviter les zones suivantes lors des massages : 

  • directement sur une tumeur ou les ganglions touchés par le cancer 
  • les zones où la peau est endommagée ou sensible 
  • les zones traitées par radiothérapie durant les traitements et les semaines après la fin des traitements 
  • autour des cathéters intraveineux (tels que les lignes centrales) et des timbres anti-douleur
  • les zones affectées par des caillots sanguins, une mauvaise circulation ou des varices 

Il est également particulièrement important que les massages soient doux si : 

  • le cancer s’est répandu aux os 
  • le nombre de plaquettes (les cellules qui aident à la coagulation) dans le sang est bas 

Le yoga 

Le yoga, dont l’origine remonte à plus de cinq mille ans en Inde, est une pratique mentale, spirituelle et physique qui intègre des techniques de respiration (pranayama), des exercices d’étirement, des poses (asanas) et de la méditation.[61] En Occident, le yoga est principalement perçu comme étant un type d’activité physique, mais la pratique traditionnelle en Inde met plutôt l’emphase sur le côté spirituel et méditatif de la pratique.[62] Cela dit, il existe plusieurs styles de yoga et certains d’entre eux sont axés sur l’aspect physique alors que d’autres sont plus axés sur les techniques de respiration et de méditation. [63]

Pour les patients atteints de cancer, le yoga est souvent recommandé comme thérapie complémentaire et plusieurs d’entre eux rapportent que le yoga les aide à relaxer et à se sentir mieux. Pour certains, le yoga est une façon de gérer le stress, l’anxiété et la dépression et d’améliorer leur état de bien-être, alors que pour d’autres, le yoga aide à gérer les symptômes et effets secondaires comme la douleur, la fatigue et les problèmes de sommeil. [64] Il est important de savoir, par contre, que le yoga n’est pas un traitement contre le cancer. [65]

Autres traitements complémentaires et alternatifs 

En plus de celles mentionnées ci-dessus, il existe une variété d’autres traitements et thérapies complémentaires ou alternatives pour les patients atteints de cancer, comme la médiation ou l’hypnose. Faites vos recherches avant de considérer toute thérapie complémentaire ou alternative ; certaines d’entre eux peuvent vous faire plus de mal que de bien. Méfiez-vous des thérapies alternatives qui prétendent pouvoir guérir le cancer, qui vous disent d’arrêter vos traitements conventionnels, ou qui sont “secrètes” et nécessitent que vous alliez à l’étranger pour rencontrer le fournisseur de soins.