Le cancer ne peut pas attendre : le Réseau canadien des survivants du cancer (RCSC) demande aux provinces de donner la priorité aux patients atteints du cancer pour la vaccination contre la COVID-19 afin de sauver des vies

OTTAWA, ON, le 15 mars 2021 /CNW/ Il est essentiel que les provinces et les territoires donnent la priorité aux patients atteints du cancer et à leurs proches aidants pendant la deuxième phase de la distribution des vaccinations contre la COVID-19.

Le Comité consultatif national de l’immunisation déclare que « le but de la réponse canadienne à la pandémie est de minimiser les maladies graves et la mort tout en minimisant les perturbations sociétales causées par la pandémie de COVID-19. » 225 000 Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer chaque année, mais cette statistique fréquemment partagée ne représente pas les nombreux autres Canadiens diagnostiqués au cours des années précédentes et qui sont toujours en traitement aujourd’hui. Malheureusement, la réponse à la pandémie a, par inadvertance, eu un impact négatif sur la vie des patients atteints du cancer et des survivants. Cela s’applique à tous les patients atteints du cancer, et particulièrement à ceux atteints d’un cancer du poumon, qui sont particulièrement vulnérables aux complications s’ils contractent la COVID-19 en raison de leur fonction pulmonaire diminuée et de leur système immunovulnérable.

Le Réseau canadien des survivants du cancer a commandé deux sondages Léger sur la perturbation causée aux soins oncologiques par la COVID-19 au Canada, le sondage le plus récent ayant été effectué en décembre 2020. L’un des résultats les plus surprenants concerne l’hésitation des patients atteints du cancer et des proches aidants à accéder aux soins, 35 % d’entre eux ayant choisi d’annuler, de reporter ou d’éviter un service de santé pendant la pandémie. Cela inclut :

  • L’annulation ou le report de rendez-vous en personne avec leur médecin.
  • L’abstention de prendre rendez-vous avec leur médecin même s’ils en avaient besoin.
  • L’abstention d’aller à la salle d’urgence pour les symptômes associés au cancer.
  • Leur décision d’annuler ou de reporter un test de laboratoire ou une procédure de diagnostic pour le cancer.
  • L’annulation de la visite d’un hôpital pour des soins oncologiques.

Il est évident que la capacité des patients atteints du cancer à accéder aux soins de santé et aux soins oncologiques demeure incertaine, ce qui peut entraîner des résultats pires, notamment des diagnostics plus tardifs et des rendez-vous, des tests ou des traitements reportés ou manqués. L’anxiété et la peur que ressentent les patients atteints du cancer et leurs proches aidants à l’idée de contracter la COVID-19 peuvent être apaisées en leur donnant la priorité à la vaccination contre la COVID-19 afin qu’ils se sentent en sécurité lorsqu’ils se rendent à leurs rendez-vous de soins du cancer.

Le Réseau canadien des survivants du cancer demande donc au Comité consultatif national de l’immunisation ainsi qu’aux provinces et aux territoires d’inclure explicitement les patients atteints du cancer et leurs proches aidants dans les programmes d’immunisation de la phase 2.

Pour des informations supplémentaires ou des entrevues :
Jackie Manthorne, présidente & PDG, 613-898-1871,
jmanthorne@surivornet.ca,
Conrad Eder, analyste politique publique,
publicpolicy@survivornet.ca