Demain ne peut pas attendre : tous les Canadiens méritent d’avoir accès aux traitements novateurs contre le cancer

Ottawa, 4 février 2022 – Le cancer fait plus de victimes au Canada que toute autre cause de décès. En 2020, cette maladie a tué 83 300 Canadiens. Une nouvelle recherche du Conference Board du Canada montre que bien que de nouveaux traitements novateurs soient disponibles, un grand nombre de Canadiens n’auront pas accès à ces traitements qui prolongeraient leur vie. Publié aujourd’hui à l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer, le rapport présentant les résultats de cette recherche fait état des nombreuses barrières qui bloquent l’accès à ces traitements et des nouvelles mesures qui devraient être mises en œuvre dès aujourd’hui afin que la famille et les amis des patients atteints de cancer puissent profiter de plusieurs années de vie additionnelles d’un être cher.

« Ces mesures pourraient permettre aux Canadiens de mieux naviguer dans un système de santé où il est de plus en plus difficile d’accéder aux soins et aux traitements, dit Chad Leaver, directeur du secteur Connaissance sur la santé au Conference Board du Canada. Les traitements sont là. Ils pourraient prolonger la vie des gens, avec les retombées économiques qui s’ensuivraient. Chaque année additionnelle permettrait à des gens d’assister à la remise de diplôme d’un proche, à la naissance d’un petit-fils ou de profiter de leur retraite. Nos recommandations mettent une pression sur les dirigeants des systèmes de santé pour qu’ils élargissent l’accès à ces traitements prometteurs. Le manque d’équité dans l’accès des patients aux soins au Canada est préoccupant. Comparativement à d’autres pays, nous sommes en retard sur ce plan. »

Des traitements novateurs ont permis le développement de la médecine personnalisée ou médecine de précision. Au Canada, le processus d’approbation réglementaire des traitements est rapide. Mais le pays se situe au 18e rang sur 20 pays de l’OCDE pour la capacité à mener à bien les négociations complexes sur le prix des traitements afin que les médecins puissent prescrire ces médicaments par l’entremise des programmes provinciaux.

Conclure des ententes de partage de risques, optimiser le recours aux preuves empiriques et aux tests diagnostiques génétiques sont des éléments clés des processus d’approbation et de remboursement des traitements novateurs contre le cancer et d’autres groupes de maladies. Cela exigera le partage des données et l’interopérabilité afin de pouvoir suivre les résultats et faciliter la prise de décision.

La publication de ces résultats fournit aux systèmes de santé du Canada l’occasion d’évoluer et de profiter des innovations à venir dans le traitement du cancer. La réponse du Canada à la pandémie a démontré qu’il est possible de travailler de concert et de mettre en œuvre rapidement et facilement des solutions à des problèmes importants.

« Les bénéfices cumulatifs des traitements novateurs contre le cancer pourraient ajouter jusqu’à 226 445 années de vie, ajoute Chad Leaver. Il faut s’assurer que les patients admissibles en attente d’un traitement novateur y aient accès pour faire en sorte qu’un plus grand nombre de Canadiens vivent plus longtemps. »

Principaux résultats de la recherche :

  • Le cancer est toujours la principale cause de décès au Canada.
  • On estime que 2 Canadiens sur 5 recevront un diagnostic de cancer au cours de leur vie.
  • En 2020 seulement, le cancer a pris la vie de 83 000 Canadiens et quelque 225 800 Canadiens ont reçu un diagnostic de cancer.
  • L’énorme retard dans la pose d’un diagnostic de cancer en raison de la pandémie a mis en évidence l’urgence pour les gouvernements, l’industrie et les chercheurs d’accélérer les changements.
  • Jusqu’à récemment, les traitements se limitaient à l’intervention chirurgicale, à la radiothérapie et à la chimiothérapie. Des traitements novateurs peuvent prolonger la vie des patients sans les effets indésirables des traitements antérieurs.
  • Les traitements novateurs ont ouvert la voie à la médecine personnalisée ou médecine de précision.
  • Ces nouveaux traitements ciblent les gènes, les tissus et les cellules qui sont directement responsables de la croissance des cellules cancéreuses.
  • Les patients canadiens subissent une longue attente avant d’avoir accès aux traitements novateurs.
  • L’accès aux traitements novateurs n’est pas équitable. La couverture varie d’une province à l’autre. Et à l’intérieur d’une même province, cela dépend du lieu de résidence du patient.
  • Dans le cas de certains traitements, jusqu’à 60 % des patients au Canada y seraient admissibles au traitement sans pouvoir l’obtenir.
  • La couverture par les programmes publics, la coordination des soins et des traitements et l’accès aux outils diagnostics varient grandement d’une province à l’autre.
  • Au Canada, les patients ont moins accès que dans d’autres pays aux essais cliniques novateurs, qui sont souvent le premier point d’accès aux traitements d’avant-garde.
  • Selon notre étude, les effets cumulatifs positifs auraient pu ajouter jusqu’à 226 445 années de vie, ce qui représenterait une valeur économique potentielle de 5,9 milliards de dollars au cours de la dernière décennie pour cinq types de cancer.
  • La pandémie de COVID-19 a démontré que, en situation d’urgence, il est possible d’approuver et de rendre accessibles des vaccins et traitements rapidement et en temps opportun.
  • Le Canada met trop de temps à mener à terme les négociations sur le prix des traitements afin que les médecins puissent prescrire ces traitements novateurs à leurs patients.
  • Quatre nouvelles mesures permettraient d’améliorer l’accès des patients canadiens aux traitements novateurs contre le cancer :
    1. Rationaliser les processus gouvernementaux d’évaluation des technologies de la santé et la négociation du prix des traitements novateurs?.
    2. Changer le mode de financement de ces traitements afin qu’ils soient fondés sur la valeur et les ententes de partage des risques.
    3. Financer l’accès à des tests diagnostiques dès qu’un traitement novateur est approuvé.
    4. Étendre et intégrer les systèmes de collecte et de partage des données.
  • La réforme des politiques exigera que le gouvernement donne des mandats clairs, établisse des cadres de responsabilisation, finance tous les secteurs concernés et implante un modèle de fonctionnement axé sur la collaboration.

Le rapport complet est disponible ici ou sur notre page Le cancer ne peut pas attendre.

À propos du Conference Board du Canada

Le Conference Board du Canada est la plus importante organisation de recherche indépendante au Canada. Sa mission est d’inspirer les leaders de la société et de leur donner les outils pour bâtir un avenir meilleur pour tous les Canadiens grâce à ses recherches fiables et son réseau de contacts unique. Suivez le Conference Board du Canada sur Twitter @ConfBoardofCda.

Personne-ressource pour les médias

Deb Young
Le Conference Board du Canada
media@conferenceboard.ca / 613 526-3090 poste 224